On The Road Again !

En voyage, l'essentiel n'est pas la destination, mais le chemin parcouru pour y parvenir.

2011 - Gokarna - Karnataka

Photo de la rue principale de Gokarna

A quarante heures de train de Delhi, Gokarna se situe à l'extrême nord-ouest du Karnataka, en bord de mer, à quelques kilomètres au sud de Goa. Adorable petit village plein de charme et néanmoins haut lieu de pèlerinage hindou. On y rencontre aussi bon nombre d'anciens hippies qui fuient le tourisme de masse de Goa.

Il s'agit d'une route principale, bordée d'anciennes maisons et de temples, qui traverse le village jusqu'à la plage, où on trouve quelques échoppes tchaï-shops et un excellent resto, le Prema Restaurant, qui "n'accepte pas les commandes urgentes"...

Sur la plage, au nord, on trouve plusieurs bungalows "basic" pour backpackers, dont certains ont l'air assez sympas, mais je n'ai pas essayé.

Vue d'ensemble de la plage de GokarnaLe Rama Temple, entre Gokarna et Kudli Beach, sur les hauteurs

Au sud de Gokarna se trouvent trois plages. La première, Kudli Beach, offre des bungalows plutôt confortables en dur, assez "familles". La seconde, Om Beach, est la plus touristique, très peuplée et accessible (plus ou moins) en rickshaw par la route. La dernière enfin, Paradise Beach. Tout est dit ! De petits bungalows en terre et en cocotiers (préférer ceux de la crique nord). On y vit avec la nature. Calme et sérénité.

Paradise Beach au sud de Gokarna

Kudli et Paradise Beach ne sont accessibles qu'à pied (1h30 de marche depuis Gokarna pour Paradise) ou en bateau-taxi. Il est possible d'en trouver de temps à autres à Gokarna, tout au sud de la plage, vers les bateaux de pêcheurs. Bien se renseigner au village sur les prix avant de négocier. Les prix sont très fluctuants selon la saison et la gueule du client. En saison, des bateaux-taxi partent aussi de Om Beach pour Paradise Beach. Idem pour les prix. Il n'y a pas d'horaires: ils sont là quand ils sont là.

NEWS
Les infrastructures touristiques de Paradise Beach (bungalows, restos) semblent avoir été démolies par les autorités cet automne (8 janvier 2012)
Mise à jour mai 2014
Les infrastructures de Paradise Beach ont en effet été démolies en 2011 et n'ont pas été reconstruites depuis, la plage étant une réserve naturelle protégée où viennent pondre les tortues de mer.

 

Hébergement

A Gokarna, j'ai logé au Nimmu House, juste derrière la plage. Propre, diverses gammes de prix, certaines chambres avec balcon et vue sur la mer et la plage dans le nouveau bâtiment. Jardin autour. Guesthouse familiale, le staff est très sympa et arrangeant. Possibilité de louer des scooters. Pour les bungalows à Paradise Beach, j'ai un blanc, mais je me renseigne...

Restos

Deux bonnes adresses à retenir à Gokarna:

  • Le Pai Restaurant, sur la grand' rue, à gauche juste après le coude en venant de la plage.
  • Le Prema Restaurant à gauche en arrivant sur la plage, juste après le pont.

Et pour le tchaï, deux adresses aussi: bien sûr, celui de Vanita, à droite en arrivant sur la plage. Et un petit avec trois mini-tables sur la rue principale, en face de l'ATM au carrefour qui part sur le bus stand.

Imprimer E-mail

Arrivée à Gokarna après un saut à Palolem (Goa)

 

Bus stand de Chaudi/Canacona

J’ai quitté PA, Jean-Yves et Cropsy hier. On a rendu la maison et pris un taxi en début de matinée. Eux direction l’aéroport de Vasco de Gamma, puis Mumbai et la Suisse ; moi direction le bus stand de Panjim (Panaji) pour me prendre un bus sur Margao, puis Palolem. Je voulais y rencontrer un de mes contacts français, installé dans le coin depuis quelques années, histoire d’entendre son expérience.

Entre Panjim et Palolem, j’ai malheureusement vu un chien se faire écraser par le milieu par le poids lourd qui nous précédait. L’image me hante…

 

Lire la suite

Imprimer E-mail

Gokarna reste un coup de cœur

La plage de Gokarna

Gokarna reste un petit havre de paix, tranquille, avec sa rue principale et ses pèlerins indiens, où il fait bon prendre le temps de vivre. Entre le village lui-même, sa plage au nord et ses deux plages retirées de Om Beach et Kudli Beach au sud, les possibilités de se détendre sont nombreuses.

La rue principale de Gokarna

Une petite semaine vient de passer depuis que j’y suis arrivé. Le village reste ce qu’il était il y a trois ans, bien qu’il y ait un peu plus de touristes dans les rues, me semble-t-il. Mais on est loin du tourisme à la con de Goa, avec ses beaufs et ses bimbos russes. Les russes qu’on trouve ici sont des backpackers comme ceux venant d’autres pays occidentaux. On y trouve aussi de nombreuses familles voyageant avec enfants.

Je ne constate pas non plus de développement foudroyant de Gokarna. Juste un abri et un semblant de trottoir ont été construits sur le parking de la plage.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Udupi, son Krishna Temple et Malpe, sa plage

Le saint des saints du Krishna Temple

GabyAprès avoir quitté Gokarna, j’ai fait halte à Udupi, où j’ai retrouvé Ahmed et Gaby, avec qui j’étais en contact grâce à ma page Facebook depuis quelques mois. J’avais alors donné quelques conseils à Gaby, pour qui c’était le premier voyage en Inde, et on s’est retrouvé à Udupi le même jour. Donc rencontre.

Tous deux sortaient d’une rencontre spirituelle dans la région, le Mahayagna, un enseignement qui a rassemblé environ un million de personnes durant une dizaine de jours autour de Sri Tathata, un guru du coin qui se lance sur le marché occidental.

On s’est retrouvé devant le Krishna Temple avec nos sacs à dos et pas vraiment de point de chute. Udupi étant une ville assez moche, un ville indienne « moderne » typique tout en béton, on a décidé de tenter notre chance en bord de mer et on a mis le cap sur Malpe, la principale plage d’Udupi (10 Rps en bus) à cinq ou six kilomètres de là.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Mangalore

Pied de la statute de Hanuman, Kadri Temple

Désagréable impression de retomber dans une ville quelconque, obstruée par le trafic, assourdie par les klaxons et croulant sous le béton. Et pourtant. Mangalore cache bien ses charmes. Si l’essentiel de la ville est en effet rebutant, certains quartiers, comme celui de Bunder, se laissent visiter agréablement, malgré la tendance marquée au salafisme et la prolifération des burkhas. D’anciens bâtiments à taille humaine y abritent en effet nombre de petits artisans de la construction qui travaillent à même la rue. Ici, les regards d’abord incrédules à ma présence se transforment rapidement en sourires lorsque j’en esquisse un.

Lire la suite

Imprimer E-mail

Mysore la somptueuse

Le palais du Maharaja de Mysore

Je commençais à désespérer. Et voici qu’est apparue Mysore. Enfin une ville avec un authentique patrimoine historique, construite autour de l’ancien palais du Maharaja local - une splendeur. De larges allées bordées de gigantesques arbres s’étendent entres les anciens bâtiments coloniaux et les quartiers plus récents mais plein de petites échoppes et d’animation.

Lire la suite

Imprimer E-mail

UA-27983375-1