On The Road Again !

En voyage, l'essentiel n'est pas la destination, mais le chemin parcouru pour y parvenir.

Iran 2012 - Shiraz - La rue des amateurs de gonflette

Mon hôtel est de toute évidence situé dans la rue des amateurs de gonflette (nombreux en Iran). Elle est pleine de boutiques vendant des produits destinés aux bodybuildés en devenir, posters évocateurs en devanture affirmant l’efficacité des dits produits. Comme je rentrais tard un soir et que mon épicerie était fermée – c’était jeudi soir, je me suis engouffré dans une de ces boutiques où j’ai vu des six packs de grandes bouteilles d’eau contre un mur.

A l’intérieur, trois gars en train de discuter. Le vendeur, plutôt maigrichon et vautré dans son fauteuil, et un autre, casquette sur la tête et t-shirt moulant, qui devait passer ses journées à soulever de la fonte. Le beau gosse genre sourire de macho, barbe de trois jours et sûr de lui (enfin, qui essaie d’en donner l’impression…). Il engage la discussion avec un anglais limité, mais en forçant sur l’accent américain. Il m’explique qu’il a appris l’anglais en Thaïlande (Bangkok, Pukhet et Pataya, bien entendu…) lors d’un séjour de deux mois, durant lequel il n’y a pas trouvé de travail. Retour à la case départ donc.

Puis il me demande ce que je veux. Je lui explique que j’aimerais une bouteille d’eau, mais juste une, pas six. Mais l’eau, ils ne la vendent pas au détail, qu’il me dit. Finalement, il part dans l’arrière boutique en me demandant si je veux de l’eau fraîche ou tempérée – je lui dis que je m’en fous - et revient avec un bouteille fraîche qu’il me tend. Je vais pour la payer, mais il refuse. Catégoriquement. Il me serre la louche avec un grand sourire et me souhaite une bonne fin de séjour en Iran.

Il semble que la gonflette rende un peu moins con ici qu’en Europe…

Imprimer E-mail

Iran 2012 - Shiraz–Tabriz: 21h30 de bus

Sur la route entre Shiraz et Tabriz

Pour aller à Persépolis, l’hôtel m’avait proposé un jeune chauffeur, Hamed, avec qui ils travaillent. Vu les difficultés que j’avais rencontrées à Téhéran pour acheter un billet de bus, J’ai demandé à ce qu’on s’arrête en chemin au Carandish Bus Terminal pour acheter le billet Shiraz – Tabriz. Comme le chauffeur est venu me chercher à l’hôtel, je lui ai fait expliquer par Sarah, la réceptionniste, ce que je voulais. Arrivés au terminal, il est venu avec moi et a pu m’aider pour obtenir le bon bus. Mais la femme au guichet parlait un peu anglais, cette fois-ci. J’ai payé 200'000 rials pour le trajet Shiraz-Tabriz en bus Volvo, 21h30 de route. Départ à 13h30, arrivée vers 11h le lendemain.

Lire la suite

Imprimer E-mail

  • 1
  • 2

Parce que voyager rend moins con...

UA-27983375-1