On The Road Again !

En voyage, l'essentiel n'est pas la destination, mais le chemin parcouru pour y parvenir.

Santé & Nourriture

Tu trouveras ici une liste des hôpitaux  ayant des standards occidentaux en Inde, au Népal et en Iran. Et n'oublie pas de contracter une assurance rapatriement avant de partir.

Tu trouveras sur cette page des infos sur les maladies les plus courantes en Asie et en Inde: troubles gastro-intestinaux, malaria, hépatite A, dengue, chikungunya, fièvre typhoïde, encéphalite japonaise, ainsi que sur leurs vaccins lorsqu'il en existe.

Puis, plus bas, quelques conseils de base pour diminuer les risques, ains qu'en cas de problèmes de santé.

Vaccins

  • Les vaccins de l’hépatite A et de la fièvre typhoïde, ainsi que des comprimés pour le traitement curatif de la malaria (voir plus bas) me paraissent indispensables en Asie, de même que les vaccins de base: tétanos, poliomyélite et tuberculose (ces deux dernières maladies étant encore très courantes en Asie et en Inde).
  • Personnellement, je ne prends pas de prophylaxie pour la malaria, à moins d’être dans des zones endémiques majeures (voir ci-dessous). Je ne prends donc de traitement qu’en cas de crise. C’est un choix, c’est le mien.
  • Attention toutefois: dans certaines régions du sud-est asiatique (Thaïlande, Cambodge, Laos,...), les souches de plasmodium (parasite responsable de la malaria) peuvent être résistantes au Lariam. De plus, ce médicament a d'importants effets secondaires pris en prophylaxie (1 cp/ semaine). Pris pour le traitement, c'est juste l'enfer (6 cp en 24h). J'ai testé... Je déconseille... Choisis la Malarone, si possible (à discuter avec un médecin spécialisé).
  • L’utilisation de préservatifs est un impératif strict, quelle que soit la personne avec qui tu fais l’amour. Quant à toi qui vas en Asie à des fins de tourisme sexuel, ce site ne t'est pas destiné.
  • Les autres vaccins sont fonction de la situation particulière de chaque région. J’ai tout de même pu constater que les instituts européens spécialisés en maladies tropicales ont une certaine tendance à peindre le diable sur la muraille.
  • Pour ma part, j'ai fait les vaccins suivants: fièvre typhoïde, hépatite Aencéphalite japonaise, rage, fièvre jaune, poliomyélite, tuberculose, tétanos. J'ai aussi le vaccin de l'hépatite B, mais il avait été effectué lorsque je travaillais en milieu hospitalier. Rien à voir donc avec le voyage.
  • L’Asie n’est pas une zone endémique de la fièvre jaune. Inutile de faire le vaccin.

Ressources web:

Pathologies courantes en Asie et en Inde

Principes de base pour éviter les trop gros pépins de santé

  • Le pied de l'Australien que j'ai tenté de soigner. Il a été contraint de rentrer en Australie pour sauver son pied.Dans les régions topicales, une bonne hygiène corporelle permet aussi d'éviter pas mal de problèmes, la chaleur et l'humidité favorisant l'apparition d'irritations, puis d'inflammations, de mycoses et d'infections diverses et variées. J'ai eu l'occasion de soigner le pied d'un Australien qui n'y avait pas assez fait attention: l'infection avait transpercé la moitié du pied.
  • La nourriture en Asie est partout excellente, même (surtout) dans les petits stands de rue.
  • Mange dans les endroits fréquentés par les populations locales. C’est dans les restos pour touristes qu’on a le plus de risques de tomber malade.
  • Ne consomme jamais d’aliments crus à moins que tu ne puisses les peler (« Cook it, peel it or leave it ! »)
  • Si l’Inde est le paradis des végétariens, il peut très vite devenir l’enfer des carnivores. Mieux vaut y être végétarien. Tu comprendras en  passant devant les étals de boucherie…
  • Ne consomme jamais d’eau qui n’ait été bouille ou en bouteille fermée (toujours vérifier le sceau ou la bague de fermeture et refuse toute bouteille pour laquelle un doute subsiste ou qui n’a pas été ouverte sous tes yeux), bien que des progrès notables aient été réalisés dans certains pays, comme la Thaïlande, où l'eau est très souvent filtrée maintenant.
  • N’accepte si possible ni nourriture ni boisson dans les trains et bus. Il peut se trouver qu’ils contiennent des somnifères. C’est rare, mais ça arrive…
  • Dans certains pays habitués à cracher à tout-va, notamment la Chine et le Cambodge, la chair n’est pas détachée de l’os (poulet par ex.). Attends-toi donc à passer une bonne partie de tes repas à postillonner des débris d’os éclatés par le hachoir du cuistot.
  • Ne mange de poisson et fruits de mer qu’en région côtière.
  • Les œufs qu’on croit durs peuvent parfois abriter des surprises: comme être fécondés et cacher un poussin (ils adorent ça au Cambodge !).
  • Consommer régulièrement de la spiruline (très bon marché en Inde), peut être un complément idéal de protéines et de vitamines.
  • Quoi que tu fasses, rien ne te garantit à 100% de ne pas tomber malade.

En cas de problèmes de santé

  • En cas de problème persistant, n’hésite pas aller consulter. Notamment si des fièvres durent quelques jours puis disparaissent avant de revenir quelques jours plus tard (symptômes de malaria). Ainsi qu'en cas de diarrhées présentant des saignements ou pour lesquelles l’Imodium® se révèle inefficace.
  • En cas de diarrhées prolongées, ne pas oublier de boire beaucoup. Il existe, notamment en Inde, des sachets de poudre soluble contenant des électrolytes pour lutter contre la déshydratation.
  • Toute plaie, même petite et anodine, doit être désinfectée jusqu’à cicatrisation. Avec les températures tropicales, elles sont d’idéales boîtes de Petri (des bouillons de culture).
  • Dans certaines régions côtières (Goa notamment), il existe une bactérie aérobie présente dans l'eau de mer qui s'infiltre dans les micro-plaies des piqûres de moustique, s'y développent et créent d'importantes infections, difficilement traitables par les produits bactéricides courants. Le meilleur traitement est de couvrir la plaie d'un pansement occlusif avec une bonne couche de vaseline durant plusieurs jours, afin d'empêcher la bactérie de s'approvisionner en oxygène.
  • En Inde, la consultation ne coûte que 2 Rs dans les hôpitaux d’Etat. Mais, expérience faite, je déconseille vivement…
  • D’excellents médecins, cliniques et laboratoires existent dans toutes les capitales d’Asie. Au besoin, prends contact avec ton ambassade pour avoir les adresses, ils les connaissent. Par contre, tu devras certainement tout payer cash: demande les tarifs lors de la prise de rendez-vous. Pour cela, je conseille d'avoir toujours une carte de crédit avec une limite assez haute.
  • Tu trouveras ici une liste des hôpitaux ayant des standards occidentaux en Inde et au Népal. Cette liste, non exhaustive, est issue des recommandations de l'ambassade de France et de la communauté francophone de Delhi.
  • Pour les problèmes majeurs, les meilleurs hôpitaux se trouvent à Singapour, Bangkok, Séoul et Hong-Kong.
  • Contracte une assurance rapatriement avant le départ et conserve les numéros d’urgence sur toi, ainsi qu’une copie plastifiée de carte de groupe sanguin.
Anecdote: Pour la petite histoire, je suis allé consulter un médecin ayurvédique en Inde, un gros sikh rigolard à grande barbe (évidemment !), suite à de persistantes diarrhées sanguinolentes. Je suis ressorti de chez lui avec des granulés pour entretenir ma vigueur masculine, ce dont je n’avais nullement besoin ! Je les ai tout de même testés ;) , mais ni ma partenaire ni moi n’avons observé de différence notable… Les diarrhées ont continué …

 

 

Imprimer

Parce que voyager rend moins con... (en principe)

Facebook - Steve Cutts

Prendras-tu 13 minutes... ? (full screen, please)

full scenn

IN-SHADOW: A Modern Odyssey from Lubomir Arsov on Vimeo.

UA-27983375-1