Iran 2012 - Téhéran – Infos pratiques

Publié le . Publié dans Téhéran

Restaurants

Dans le sud de la ville, les restaurants sont peu nombreux en dehors de certaines zones, comme la gare. Les menus sont en farsi et le personnel ne parle généralement pas anglais. En débarquant, ne parlant pas la langue et ne connaissant pas les spécialités locales (que j’ai encore de la peine à cerner après quelques jours), c’est assez difficile de commander autre chose que les kebabs présentés dans les vitrines des restos, en les pointant du doigt. Certains restos ont des menus avec des photos des plats, ce qui aide. Mais je n’ai pas encore trouvé de petit resto popu vraiment bon et sympa en ville. La plupart d’ailleurs sont vides.

Rythme de vie

Les iraniens sont assez couche-tard. Ils mangent volontiers en soirée et les magasins restent souvent ouverts assez tard le soir.

Transports

A Téhéran, il y a trois moyens de transport principaux : les bus, les taxis et le métro.

Bus

Pour les bus, difficile de connaître leur trajet. Leurs espaces sont divisés : les hommes à l’avant, les femmes à l’arrière. Ils sont bien utilisés par les téhéranais, sans être archi-bondés, comme en Inde.

Taxis

Les taxis, beaucoup de Peugeot 405 jaunes ou vertes, courent les rues et on les repère rapidement. Il suffit d’en héler un sur le bord de la route. Ne pas s’étonner s’ils font monter d’autres passagers en cours de route, c’est une pratique habituelle en Iran. J’ai payé 15 $ depuis l’aéroport Imam Khomeyni, qui est à 35 kil’ au sud de la ville. On aurait payé 10'000 IR d'Amir Kabir Strees (Emam Khomeyni Square) au Southern Bus Terminal.

Métro

Le moyen le plus rapide et le plus efficace de se déplacer en ville. Un billet (simple course) coûte 3'000 IR, mais il est possible de prendre une carte magnétique à prépaiement aux guichets pour 100'000 IR (je n’ai pas compris pour combien de courses, mais à ce prix-là, on verra bien… j’en ai déjà fait six ou sept). Les automates ont une version en anglais. Il y a quatre lignes principales, deux dans l’axe nord-sud, deux autres dans l’axe est-ouest. La signalétique est bonne, il est facile de s’y déplacer. Attention, les wagons des extrémités sont réservés aux femmes. Ces dernières voyagent néanmoins aussi dans les autres wagons. Aux heures de pointe et dans le centre, les rames peuvent être bondées. Les stations et les rames sont propres, bien  éclairées ; les escalators fonctionnent, ce qui est heureux car la plupart des lignes sont profondément enfouies dans le sol. Certaines stations ou sorties n’ont que des escaliers.

Plan du métro de Téhéran, à imprimer !

 

Trafic

Un petit mot sur le trafic, qui peut être très intense à Téhéran. Les feux sont généralement respectés par les véhicules à quatre routes (voitures, bus, camions, etc.), mais pas toujours par les deux roues. Attention donc à ces derniers en traversant aux feux. Et ils peuvent arriver de n'importe quel côté! Les passages piétons sont rares et il est difficile de faire autrement que d'apprendre à traverser dans le trafic, sans feux de signalisation. Il faut se glisser peu à peu, sans courir, dans le flux du trafic quand il s'apaise un peu ou qu'il ralentit. Celles et ceux qui connaissent l'Inde, ont l'habitude, ce n'est pas pire, sauf que les véhicules roulent un peu plus vite.

Prix & argent

La monnaie officielle est le rial (IR), mais tout le monde parle en toman, ce qui équivaut à 10 rials. On s’y perd un peu et il est toujours bien de préciser, bien que les iraniens soient particulièrement honnêtes. J’ai changé 300 Euros à 1 € = 22'200 IR et suis devenu multimillionnaire, mais deux jours plus tard, le cours avait déjà baissé à 21'500 IR au même endroit. Le dollar US était à 17'900 IR. Attention, les cartes de crédit et les traveller's cheques ne sont pas valables en Iran, en raison des sanctions économiques onusiennes qui empêchent le commerce international avec les banques iraniennes. Il est donc indispensable de prendre la totalité de son budget voyage en cash. Toutes les devises sont les bienvenues: Euros, Francs suisses, dollars US (en coupure postérieures à 1999), Yens, etc. On peut changer dans les banques - nombreuses - ou auprès des money changers qui offrent des taux nettement meilleurs. A Téhéran, ces derniers se situent essentiellement à Ferdowsi Sqaure, au croisement de Ferdowsi et Enqelab Street. Le niveau de vie est très bas. Ce qui coûte le plus cher, c’est indéniablement les hôtels. Voici une liste de prix approximatifs :

Climat début mai

Dans ma chambre d’hôtel, assez fraîche, la température varie entre 25 °C au petit matin et 27 °C la journée. En ville, elle doit avoisiner les 33-35 °C en plein après-midi. Sinon soleil, avec parfois des passages nuageux. Il peut y avoir un bon petit vent qui soulève la poussière.

Vêtements

Hommes

Les hommes ont moins de contraintes vestimentaires que les femmes. Mais si le port de manches longues n’est plus obligatoire, en revanche celui de pantalons longs l’est toujours. On oublie donc les shorts. Mais aussi les marcels sans manche : les épaules doivent être couvertes. En revanche, il est possible de porter des sandales ouvertes. Dans tous les espaces publics, parties communes des hôtels y compris, on ne se balade pas torse nu.

Femmes

Le tchador et/ou le hidjab ne sont plus obligatoires, de même que le noir, mais la tête doit être couverte d’un foulard. Les manches longues et un pantalon jusqu’aux chevilles sont toujours de rigueur, ainsi qu’un haut qui descende au moins jusqu’au dessus des genoux. Les jeans sont légion.

Imprimer