On The Road Again !

En voyage, l'essentiel n'est pas la destination, mais le chemin parcouru pour y parvenir.

Nouveau site en développement

Bientôt un site tout beau tout neuf !

2006 - Inde: Mumbai, Bangalore, Pondichéry, Auroville

De Mumbai à Pondichéry via Bangalore en 2006 (cliquer pour agrandir)Cette fois-là, ce n'était pas un simple voyage pour le plaisir. Lors de mes précédents voyages, j'avais remarqué une marque indienne d'articles en cuir particulièrement solides et tannés traditionnellement avec des procédés naturels, alors que le tannage industriel au chrome est généralement hautement polluant pour les sites qui le pratiquent. Cette marque n'étant pas distribuée en Suisse, je m'étais intéressé à l'importer sur le marché helvétique et avais déjà pris plusieurs contacts avec les responsables et effectué quelques recherches de faisabilité, notamment un business plan. Je venais de quitter mon job et cherchais d'autres horizons professionnels, ce qui m'avait laissé le temps de m'intéresser à la question. Le projet était donc déjà bien avancé. Mais avant d'aller plus loin, je souhaitais aller sur place pour discuter avec les responsables et jeter un oeil à leur usine. Le siège principal étant à Bangalore (Bengaluru) et le site de production dans un petit village à proximité de Pondichéry, j'ai profité de prolonger des vacances en Thaïlande pour faire un arrêt de deux semaines en Inde et aller leur rendre visite.

Ayant atterri à Mumbai, je suis parti sur Bangalore (Bengaluru) en train, puis sur Pondichéry où j'étais déjà allé dix ans plus tôt. J'en ai profité pour y louer un scooter et me balader dans la région, notamment à Auroville où je voulais voir les avancées de la construction du Matrimandir.

Ce projet est par la suite tombé à l'eau pour plusieurs raisons: tout d'abord, parce que j'ai été engagé par le parti socialiste en début de campagne électorale et que cette activité m'a pris tout mon temps, voire plus. Ensuite parce que travailler avec l'Inde n'est pas évident: il faut constamment surveiller le suivi des commandes qui se perdent dans les méandres de la bureaucratie ou par la nonchalance des employé-e-s, puis vérifier que ce que l'on reçoit corresponde effectivement à ce qui a été commandé. Et enfin, last but not least, en raison des exigences démesurées de l'entreprise en matière de chiffre d'affaire pour obtenir l'exclusivité dans le pays d'importation.

Imprimer

Parce que voyager rend moins con... (en principe)

Steve Cutts - Happiness

Steve Cutts - The turning point

UA-27983375-1